à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

La tortue rouge

2016

Dès 8 ans

Belgique, France, Japon

35avis

Récompenses:

César 2017 - Nominé pour le Meilleur film d'animation
Oscars 2017 - Nominé pour le Meilleur Film d'animation
Festival de Cannes 2016 - Un certain Regard : prix spécial du Jury

Avec la complicité du Studio Ghibli, un bijou de film d'animation humaniste et poétique aux images splendides.

Une nuit d'orage, un homme échoue sur une île, peuplée seulement de jeunes tortues et de crabes malicieux. Une fois remis de son naufrage, il tente d'organiser sa survie en se construisant un radeau. Mais à deux reprises, une force mystérieuse venue de la mer l'empêche de quitter l'île en brisant son embarcation. La troisième fois, il se retrouve face à une imposante tortue rouge, qui détruit à nouveau son esquif. Furieux, l'homme regagne la terre ferme, où le rejoint la majestueuse créature. Il la frappe alors violemment, puis la retourne pour la laisser agoniser au soleil. Mais à la nuit tombée, la carapace se fend et une jeune femme à la longue chevelure rousse apparaît…

 

Danse avec les tortues
Sous la houlette du Studio Ghibli, devenu fameux grâce à son cofondateur Hayao Miyazaki, le réalisateur néerlandais Michael Dudok de Wit livre dans son premier long métrage, d'une poésie épurée, une puissante réflexion sur le cycle de la vie et le rapport de l'homme à la nature. Ce bijou d'animation à la douce fibre écolo évoque une communion retrouvée entre l'humanité et le monde animal. Coupés du monde, les personnages évoluent dans une nature vierge idyllique : une bambouseraie verdoyante qui rappelle les forêts de Miyazaki, des roches grises dressées comme des géants au milieu d'un désert de sable, ou encore un océan d'une multitude de bleus dans lequel l'homme et les créatures marines dansent en harmonie. Nulle trace de civilisation humaine, à l'exception d'une bouteille qui flotte à la mer. Sublimés par un délicat jeu de lumières, ces paysages réalisés au fusain et à l'aquarelle frappent par leur pureté. La tortue rouge rappelle aussi la fragilité de ce paradis, notamment dans une scène apocalyptique de tsunami. Bercé par une bande-son enchanteresse, qui mêle à la bouleversante partition musicale de Laurent Perez del Mar les bruits du vent, de la mer, de la pluie, et le chant des oiseaux, ce film aux accents oniriques, émouvant de bout en bout, témoigne d'une absolue maîtrise.

Vous aimerez peut-être aussi...