à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Les derniers jours du monde

2009

Drame

France

0avis

Sur fond de crise apocalyptique, un homme s’accroche à une passion amoureuse perdue. Adaptant un roman de Dominique Noguez, les frères Larrieu plongent Mathieu Amalric dans un étonnant road-movie existentiel.

Nappes phréatiques polluées, pluies charriant des cendres, secousses telluriques, mystérieux virus, attaques terroristes... : le monde est au bord du gouffre. À Biarritz, si la quiétude cède peu à peu le pas à l’angoisse, chacun vaque comme il peut à ses occupations. Sur la plage, Robinson Laborde croise le regard de Laetitia, une jeune beauté androgyne pour laquelle il quitte Chloé, son épouse. Mais "Lae" lui échappe. Lorsque le chaos rattrape la ville, Robinson, tout à sa passion amoureuse envolée, prend la route pour rejoindre en Espagne sa fille Mélanie qui s’apprête à prendre la mer.

 

Effondrement
Alors que tout sombre autour de lui, Robinson se remémore sans fin sa liaison avec une jeune femme insaisissable, qu’il consigne d’une main gauche dans les espaces vacants d’un livret de cuisine. Rythmé par les flash-back, le film des frères Larrieu (21 nuits avec Pattie, L'amour est un crime parfait) entraîne Mathieu Amalric dans un road-movie tragi-comique, libéré des contraintes réalistes et chronologiques. Tout à la pulsion vitale qu'a ravivée en lui sa passion pour l’énigmatique inconnue (Omahyra Mota), son personnage s’affranchit des empêchements et croise, au fil de sa route et de ses réminiscences cahotiques, d’anciennes figures familières : l’ami ténor joué par Sergi López, la libraire ancienne maîtresse de son défunt père (Catherine Frot), et même son ancienne femme, campée par Karin Viard. En écho à la destruction d’un monde rattrapé par le chaos, l’effondrement intérieur qu’engendre la perte de l’amour.

Galerie photos

Vous aimerez peut-être aussi...