à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Le monde et sa propriété

2022

Économie

France

0avis

La propriété ? Le meilleur outil et la meilleure arme pour saisir le monde.

Gérard Mordillat et Christophe Clerc interrogent 14 chercheuses et chercheurs de différents pays et cultures sur la notion de propriété. D’où vient-elle ? Comment s’applique-t-elle aujourd’hui aux questions du corps, de l’intelligence, de la nature ?

 

Du vol, une liberté ou une grammaire ?
La question de la propriété constitue un enjeu social, économique, politique, philosophique, voire théologique. À l’heure de la mondialisation la question apparaît d’autant plus cruciale qu’elle est « diabolique » selon le juriste Mikhaïl Xifaras. Le droit de propriété diffère profondément d'un pays à l'autre. Pour les Français et les Allemands (en droit romano-civiliste) le droit de propriété est codifié, sa définition est précise.

En revanche pour la common law (Grande-Bretagne et ses anciennes colonies dont les États-Unis) le droit de propriété recouvre un pluriel plutôt flou : le « bundle of rights » (un faisceau de droits). Il n'y a donc aucune définition universelle de la propriété mais une floraison de définitions qui se croisent, s'opposent et parfois se combattent. Penser la propriété c'est définir un système politique, social et économique.Aux États-Unis, pays capitaliste par excellence, la constitution ne qualifie pas la propriété d’« inviolable et sacrée » telle qu’elle est dite dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen !

Paradoxalement, c'est en Amérique que naissent les travaux les plus percutants remettant en cause la théorie néo-libérale de la propriété. En premier lieu, l'œuvre d'Elinor Ostrom, politologue et économiste américaine (1933-2012), première femme à recevoir le «prix Nobel d'économie », pour son analyse des  communs.

Galerie photos

Vous aimerez peut-être aussi...