à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Chabrol, l'anticonformiste

2018

Documentaire

France

vf
1avis

Achat dématérialisé :

Claude Chabrol aurait pu ne jamais voir le jour, le 24 juin 1930. Alors qu’elle est enceinte de trois mois, sa mère, intoxiquée au monoxyde de carbone dans son bain, tient tête aux médecins qui lui préconisent un avortement.

D’un tempérament rêveur, qui fait craindre un retard mental à ses parents, le petit Claude débute très tôt sa carrière d’anthropologue, observant avidement la comédie bourgeoise qui se joue sous ses yeux. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ses parents, engagés dans la Résistance, l’envoient dans le fief familial creusois, à Sardent, en zone libre, où la vie s’écoule paisiblement. Entre joyeuse camaraderie et amourettes adolescentes, il découvre la littérature (notamment Madame Bovary, qu’il portera à l’écran en 1991) et les feuilletons radiophoniques écrits par Simenon, dont il adoptera la devise : comprendre et ne pas juger. Dans le Paris de l’après-guerre, le jeune homme, peu disposé à suivre la voie paternelle, sèche les cours de pharmacie pour s’abreuver de films à la Cinémathèque française. Il assouvira sa passion cinéphilique quelques années plus tard, grâce au soutien amoureux et financier d’Agnès, sa première femme. Après avoir produit, en 1956, Le coup du berger de Jacques Rivette, court métrage inaugural de la Nouvelle Vague, Claude Chabrol offre à l’onde révolutionnaire son premier long, Le beau Serge, tourné à Sardent. S’ensuivront, jusqu'à sa mort en 2010, 57 films étalés sur un demi-siècle, fabriqués dans une ambiance d’allégresse et de complicité avec le concours de sa fidèle tribu : scénaristes, techniciens, acteurs, auxquels se mêlent les femmes de sa vie (Stéphane Audran, sa muse ; Aurore, sa scripte) et ses enfants, dont Cécile, la fille d'Aurore, que Chabrol a adoptée et qui réalise ce portrait.

Rigolade et gourmandise
Convoquant savoureuses confessions télévisées du réalisateur, nombreux extraits de films – de Que la bête meure à Masques en passant par Le boucher ou La cérémonie – et éclairages d’admirateurs et d’artisans de son cinéma (les critiques Jean-François Rauger et François Guérif, auteur de Conversations avec Claude Chabrol, Isabelle Huppert et François Cluzet…), ce portrait affectueux et profond revisite la trajectoire d'un amoureux éperdu du septième art et de la vie, libre-penseur truculent et génie modeste qui, en entomologiste maniant l’humour tendre comme la férocité, a croqué inlassablement les bassesses de l’humanité.

Vous aimerez peut-être aussi...

Informations Techniques

Version VOD