à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Visages, Villages

2017

Société

France

16avis

Récompenses:

Festival de Cannes 2017 - Sélection Hors Compétition - Prix "Oeil d'or du meilleur documentaire"

La cinéaste Agnès Varda et le photographe JR parcourent la France de village en village, à la rencontre des habitants. Une galerie de portraits à ciel ouvert, ode à la mémoire et à la transmission.

Agnès Varda – décédée à l’âge de 90 ans le 29 mars 2019 – et JR partageaient la même passion dévorante des images. La rencontre entre la pionnière de la Nouvelle Vague et le street artist, initiée en 2015 par Rosalie Varda, la fille d’Agnès et de Jacques Demy, a ainsi débouché sur un coup de foudre artistique et humain. Ensemble, ils décident alors de sillonner, à bord du camion-Photomaton de JR, la France rurale, à la rencontre des habitants. Un voyage loin de la frénésie urbaine et sans itinéraire précis. "Le hasard est le meilleur de mes assistants", aimait rappeler Agnès Varda. Au fil de leur promenade enchantée, ils font la connaissance de fils de mineurs du Nord-Pas-de-Calais, d’épouses de dockers du Havre, d’un artiste provençal à la marge...

 

Dans ce road trip attachant, mis en musique par Matthieu Chedid, Agnès Varda et JR nous convient à une célébration poétique de l’humain et de la mémoire. Les collages d’images géantes en noir et blanc sur les façades des maisons, les murs des fermes ou les trains immortalisent autant les lieux que l’histoire et le quotidien des sujets photographiés. Au gré de ses douces pérégrinations, le duo apprend à se découvrir et s’apprivoise. La cinéaste, dont l’œil est toujours aussi aiguisé malgré la maladie, apparaît d’humeur taquine au côté d’un JR qui se refuse à ôter ses lunettes noires. "Tu fais ta mamie conseils", lui dit-il avec tendresse. "Et toi, ton jeune plein d’entrain". Du cliché de Guy Bourdin, réalisé par Varda en 1954 et transposé par JR sur un blockhaus en Normandie, au rendez-vous manqué chez Godard, lui aussi sommé par la cinéaste de retirer ses binocles fumées dans Cléo de 5 à 7, leur périple empreint d’humanité est aussi un hymne puissant à la transmission entre les générations.

Vous aimerez peut-être aussi...