à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Un balcon sur la mer

2010

Drame

France

0avis

Coincé dans son costume de gendre idéal, Marc (Jean Dujardin) s’enflamme pour Cathy en qui il croit reconnaître un amour de jeunesse. Nicole Garcia explore les fêlures laissées par la guerre d’Algérie à travers ce thriller sentimental.

Agent immobilier à Aix, employé modèle de l’entreprise de son beau-père, Marc vit dans une somptueuse villa avec Clotilde, sa femme, et leur fille. Au cours d’une visite, il croit reconnaître Cathy, son grand amour adolescent, qu’il n’a plus revue depuis que sa famille et lui ont quitté précipitamment Oran. Cette rencontre fait resurgir une flamme oubliée et un passé algérien qu’il avait mis de côté. Il ne peut s’empêcher de courtiser la jeune femme et d’évoquer avec elle cette histoire commune. Cathy paraît séduite, éprise même, mais se montre curieusement évasive dès qu’il l’interroge sur son passé, et insaisissable lorsqu’il cherche à la revoir…

 

Avec la même pudeur que Marc, son héros (Jean Dujardin), Nicole Garcia se penche pour la première fois au cinéma sur sa jeunesse en Algérie et sur Oran, sa ville natale, cadre des nombreux flash-back du film. La réalisatrice, qui aime mettre au jour les fragilités masculines, explore la vulnérabilité de son acteur, touchant dans ce rôle à contre-emploi d’homme songeur, à l’étroit dans ses habits de gendre idéal, aux prises avec un passé refoulé. Abordant le conflit algérien sur le mode intimiste, le film n’évoque que par bribes sa violence, à travers le lynchage d’un homme notamment. Cet épisode, Marc l’avait oublié, de même qu’il avait gommé Marie-Jeanne, l’adolescente ingrate devenue vamp, qui va lui rafraîchir la mémoire. "Un balcon sur la mer" tire sa force émotionnelle de sa capacité à pimenter son matériau romanesque et autobiographique d’une atmosphère hitchcockienne, avec une intrigue à base d’usurpations d’identités et de magouilles azuréennes. Blondeur à la Sharon Stone et tailleurs cintrés, Marie-Josée Croze vient semer le trouble en femme fatale, avant de révéler ses propres fêlures. Dans les rôles respectifs de l’escroc italien sympathique et du notable aixois débonnaire, les géniaux Toni Servillo et Michel Aumont font merveille. Un thriller sentimental avec vue sur la mer, chaleur familiale en arrière-plan, et, comme toujours, la direction d’acteurs inspirée de Nicole Garcia.

Galerie photos

Vous aimerez peut-être aussi...