à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Trois couleurs - Bleu

1993

Classique

France

0avis

Récompenses:

César 1994 - Meilleure actrice (Juliette Binoche), Meilleur son, Meilleur montage

Après la mort accidentelle de son mari et de sa fille, Julie fait l’expérience du détachement absolu. Le premier opus de la trilogie de Krzysztof Kieslowski, porté par l’interprétation de Juliette Binoche.

Julie perd son mari Patrice, un grand compositeur, et leur petite fille Anna dans un accident de voiture. Elle commence une nouvelle vie, anonyme, indépendante, se détachant délibérément de tout ce dont elle disposait autrefois en abondance. Une journaliste musicale soupçonne Julie d’être l’auteure de l’œuvre de son mari ; Julie nie, peut-être trop catégoriquement. Olivier, le jeune assistant de Patrice, aime Julie depuis longtemps. Pour la faire sortir de son isolement, il décide de terminer le Concerto pour l’Europe, laissé inachevé par le défunt… 

 

"Nous voulions montrer ce que les questions historiques connues représentent aujourd’hui pour nous, qui avons déjà la liberté, qui sommes égaux, et pour qui la fraternité est l’idéal commun. Dans Trois couleurs – Bleu, nous n’évoquons pas l’idée de liberté d’une manière politique ou sociale ; si nous parlons de liberté, nous voulons dire liberté individuelle, liberté profonde, liberté de vie. Dans quelle mesure est-on libre dans cette sphère plus intime ? N’est-on pas lié aux êtres, aux objets, aux paysages, à l’argent ? Nos sentiments, nos ambitions, nos déceptions limitent notre liberté. Quand on perd tout brutalement, on peut choisir de mourir, on peut aussi essayer de vivre avec des souvenirs, avec ce qui est en nous, on peut se dire qu’on pensera toujours à cela, mais on peut aussi essayer de vivre différemment ; c’est le raisonnement de Julie. Julie choisit un appartement dans un quartier de Paris qui lui plaît, parce que c’est un quartier où l’on se perd facilement, où il y a beaucoup de monde, beaucoup d’animation. Elle pense que personne ne la retrouvera, qu’elle va se fondre dans la foule, qu’elle va disparaître pour les autres, les témoins de son passé. Julie vit seule ; pourtant, la musique l’accompagne. Elle n’a pu chasser la musique ; même enfouie, même oubliée, elle est là, présente. Elle ne peut pas contrôler cela comme le reste. Julie reviendra par peur de la solitude. Elle choisit alors ce qui est le plus facile, l’amour qui s’offre, celui qui est là, que l’on n’a pas à chercher. Cet homme s’occupera d’elle." (Krzysztof Kieslowski)

Vous aimerez peut-être aussi...