à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Mon cher petit village

2014

Fiction

8avis

Un ingénieur doit convaincre un village et sa maire écolo d'accueillir un site de stockage de déchets radioactifs. Une comédie bucolique qui moque en douceur les certitudes pronucléaires françaises.

Ingénieur du nucléaire, Antoine Degas débarque à Saint-Lassou, petit village endormi et charmant, pour en convaincre les habitants d’accueillir l’installation d’un centre d’étude, préalable à l'aménagement d'un site de stockage de déchets radioactifs. Un énorme projet soutenu en haut lieu, avec emplois et gros sous à la clé qui, plaide-t-il, représente une aubaine pour cette commune économiquement moribonde. C’est sans compter sur l’opposition farouche de la maire Anna Lagrange, écolo allemande propriétaire d’une ferme bio, élue faute d'autres candidats lors du précédent scrutin. Leur affrontement va susciter des tensions croissantes dans le village - à commencer par le foyer d'Anna, dont le mari, Florian, ingénieur au chômage, se range du côté d'Antoine…

Fable
Ce volet français du premier projet "Tandem" s'inspire de la réalité, mais choisit d'en tirer une fable bon enfant, égratignant les certitudes pronucléaires des autorités françaises sans les caricaturer. Dans la fiction, les plaidoyers pour le principe de précaution, conjugués à la splendeur des lieux, finissent par ébranler Antoine, bonne âme en costume-cravate que Laurent Stocker interprète avec une candeur réjouissante. Dans la vraie vie, le Centre industriel de stockage géologique de l'ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) doit être testé dès 2025 à Bure, un village de la Meuse dont les habitants n'ont pour l'instant pas été consultés.
"Il n’est pas commun que la fiction s’empare d’un grand sujet écologique et l’aborde de façon non anxiogène, sur un ton décalé, résume Gabriel Le Bomin, le réalisateur. Dès le départ, j’ai trouvé le concept du projet 'Tandem' très fort : un même sujet, deux fictions, l’une française, l’autre allemande. Il permet de mesurer combien nos façons d’aborder un sujet peuvent être différentes malgré notre communauté d’histoire et de destin."

En savoir plus...

Vous aimerez peut-être aussi...