à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Merci pour le chocolat

2000

Contemporain

France, Suisse

0avis

Un hymne chabrolien au talent d'Isabelle Huppert, impériale en meneuse de jeu d'un huis clos familial subtilement vénéneux.

À Lausanne, André Polonski, pianiste virtuose, et Marie-Claire Muller, dite "Mika", patronne d'une fabrique renommée de chocolats, se remarient après une première et éphémère union, des années auparavant. André avait alors quitté Mika pour épouser Lisbeth, dont il a eu un fils, Guillaume. La délaissée n'en continuait pas moins à héberger le couple et son enfant dans sa villa cossue, sur les hauteurs de la ville. Huit ans plus tôt, tous quatre s'y trouvaient avec Lisbeth lorsque la jeune femme, sortie acheter les somnifères dont son mari ne peut se passer, s'était tuée en voiture. Peu après le remariage, la jeune Jeanne Pollet, qui admire Polonski et veut elle aussi devenir pianiste, apprend par une amie de sa mère que, née le même jour et dans la même clinique que Guillaume, elle a failli être échangée avec lui. Troublée par ce récit et en quête d'un mentor, elle va sonner à la porte des Polonski…
 

Fascination
Une mort mystérieuse qui hante les vivants, un artiste autocentré accro aux somnifères, un adolescent torturé somnolant dans sa chambre, une belle ambitieuse aux motivations troubles, et une maîtresse de maison experte en chocolats chauds onctueux, qui dorlote son monde avec un sourire suave… Dans ce huis clos familial à la fois retors et cousu de fil blanc, l'angoisse ne vient pas du suspense, mais de la psychose qui, à l'image du châle toile d'araignée dans lequel se drape Isabelle Huppert, enserre les personnages. Fascinante, l'actrice montre une fois encore, après Violette Nozière et La cérémonie, toute l'étendue de son talent pour le crime chabrolien.
 

Galerie photos

Vous aimerez peut-être aussi...