à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Mado

1976

Grands auteurs

0avis

Récompenses:

César 1977 - César du Meilleur son (Jean-Pierre Ruh) & Nominé au César du Meilleur acteur dans un second rôle (Jacques Dutronc)

Un promoteur immobilier se retrouve aux prises avec un concurrent véreux, décidé à le ruiner...

Du jour au lendemain, Simon Léotard, un promoteur immobilier d'une cinquantaine d'années, se retrouve ruiné par Lépidon. Ce dernier lui réclame le remboursement immédiat des traites qu'il a consenties à son associé, Julien, qui vient de se suicider sans aucune explication. Mais Simon refuse de se laisser faire. Grâce à Mado, une jeune prostituée dont il est amoureux, il parvient à obtenir des informations compromettantes sur son concurrent…

IDEAUX PERDUS
Dernier des quatre opus de Sautet interprétés par Michel Piccoli, Mado clôt une période faste de manière plus sombre et pessimiste que par le passé. Mado est en effet l’un des premiers films français à enregistrer les effets de la crise, le délabrement économique, et à s’inquiéter du chômage. Suicide, trahison, meurtre… : le réalisateur retrouve la violence du polar pour dresser le portrait d’un homme et d’un pays en déréliction, qui s'apparente aussi à un autoportrait. Jamais Sautet n’était allé aussi loin dans la confession intime. Le cinéaste rappelle avec ce film secret et tourmenté qu’il est aussi le peintre de l’obsession masculine pour les femmes, du dégoût de soi et des idéaux perdus ou dévoyés. Mado est diffusé dans une version restaurée inédite.

Vous aimerez peut-être aussi...