à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Le cirque

1928

Cinéma

Etats-Unis

0avis

Une nuit chez les forains donne à Charlot l’illusion du bonheur avant de le renvoyer à sa condition... L’une des oeuvres muettes les plus maîtrisées de Charlie Chaplin par sa richesse et sa rigueur de construction.

Charlot a faim. Alors qu’il erre dans la ville, il est attiré par la foule qui se presse devant un cirque ambulant. Il se retrouve, malgré lui, en possession du portefeuille de l’un des badauds, se fait prendre, et l’agitation de la multitude le conduit dans l’arène. Passé un premier effroi à la vue des bêtes féroces, il est séduit par une jolie écuyère...

Quête de tendresse
La ruée vers l’or contait une aventure exceptionnelle dans un monde exceptionnel. Le cirque revient à un univers familier, celui du vagabond des débuts, marqué par la pauvreté et la quête de tendresse. Charlot aspire à une situation sociale que sa maladresse chronique rend impossible. Il arrive dans le cirque par une cascade de gags involontaires menés tambour battant, qui sont autant d’éclats de rire. La tension entre son désir de "normalité" et sa nature viscéralement anticonformiste confère au film une puissance tragi-comique à déflagration lente. Mais la fin, ouverte, laisse à Charlot son bien le plus précieux : l’espoir.

 

Vous aimerez peut-être aussi...