à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

La ruée vers l'or

1925

Classique

Etats-Unis

5avis

Un solitaire chercheur d'or confronté au désert physique et sentimental. Par le génie de Chaplin, les étendues glacées du Nord américain deviennent un état d'âme.

Charlot fait partie des milliers d'aventuriers partis chercher fortune dans les immenses étendues enneigées du Grand Nord américain. Dans sa quête du précieux métal, il rencontre un ours, un assassin, un prospecteur affable qui, en proie à une hallucination, le prend pour un poulet dodu. Après bien ces vicissitudes, il finit par s'éprendre d'une entraîneuse de cabaret, Georgia...

 

L'amour au coin de la ruée
Dans une cabane autour de laquelle rugit le vent des cimes, trois hommes sont enfermés : un méchant, un fort, un faible. La femme représente un exutoire pour ces héros qui, tiraillés par la faim, basculent peu à peu dans l'imaginaire. L'intensité expressive des images n'a jamais été plus frappante que dans La ruée vers l'or, qui n'est pas sans évoquer des eaux-fortes de Rembrandt. La silhouette frêle de Charlot face à l'immensité blanche, les gestes lyriques de Mack Swain sur les fonds enneigés sont parmi les plus beaux motifs de cette symphonie en noir et blanc. Une réussite magistrale. 

Galerie photos

Vous aimerez peut-être aussi...