à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

La Double vie de Véronique

1991

Contemporain

France, Norvège, Pologne

46avis

Récompenses:

En sélection officielle au Festival de Cannes 1991.

De Paris à Cracovie, une harmonie secrète relie deux Véronique qui n'en font qu'une grâce au double jeu magistral d'Irène Jacob. Le plus grand succès de Krzysztof Kieslowski en France, porté aussi par une superbe musique.

Weronika, chanteuse à la voix d’or, s’est brûlé un doigt lorsqu’elle était petite. Elle aime les boules de cristal et souffre du cœur. Au cours d’un concert à Cracovie, elle meurt sur scène d'une crise cardiaque. À Paris, une jeune femme se sent soudainement emplie d’une tristesse qu’elle ne comprend pas. Véronique chante et, enfant, a failli se brûler le doigt. Elle aime les balles magiques et souffre, elle aussi, du cœur…


L’ange aux deux sourires
Avec La double vie de Véronique, c’est une seconde carrière de metteur en scène qui commence pour Krzysztof Kieslowski. Accueilli en France comme l’une des dernières grandes consciences du cinéma européen, le cinéaste du Décalogue n’hésite plus à faire de ses héroïnes des icônes dédiées à l’amour. Vierges amantes et amoureuses souffrantes, elles sont le jouet du destin plus qu’elles ne jouent avec lui. Irène Jacob, loin d’être écrasée par ce double rôle, l’incarne avec une force d’inspiration rare. Quant aux images, accompagnées par les musiques de Zbigniew Preisner (d'un choral à une mélodie à la manière de Satie), elles portent le film à la frontière du sublime.

Vous aimerez peut-être aussi...