à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Dallas Buyers Club

2013

Cinéma

Etats-Unis

0avis

Récompenses : -- Oscars 2014 : Meilleur acteur pour Matthew McConaughey, Meilleur acteur dans un second rôle pour Jared Leto -- Golden Globes 2014 : Meilleur acteur pour Matthew McConaughey, Meilleur acteur dans un second rôle pour Jared Leto

Face à l'inertie du lobby pharmaceutique et des autorités médicales, le combat d'un Texan séropositif pour sa survie. Inspiré d'une histoire vraie, un biopic survolté magistralement interprété par Matthew McConaughey.

Dallas, 1985. Ron Woodroof n'est pas à proprement parler un type recommandable. Hâbleur, magouilleur et violent, cet électricien et cow-boy de rodéo se revendique, entre deux nuits de débauche, aussi homophobe que réactionnaire. Mais la vie de cet amateur de drogues bascule le jour où, après une analyse sanguine, les médecins lui annoncent qu'il est séropositif et qu'il lui reste moins d'un mois à vivre. Alors que son état de santé se dégrade rapidement et que ses amis, le croyant gay, le rejettent, Ron décide de s'informer sur les traitements possibles. Ses recherches le conduisent à s'opposer à la prise d'AZT, le seul antiviral autorisé sur le sol américain, mais également aux autorités médicales. Il décide d'ouvrir un club de vente de produits alternatifs.

 


La rédemption par le combat : Ron Woodroof, ce "bouseux du Texas un peu bourrin", comme lui assène un des personnages du film, trouve un sens à sa vie en étant confronté à la mort qui approche. Animé d'un pur instinct de survie et d'une démarche initiale très individualiste, il voit sa bataille contre les errements des lobbys pharmaceutiques et les pesanteurs de l'administration devenir œuvre publique, salutaire pour les dizaines de milliers de malades qu'il va contribuer à aider. La grande  force de Dallas Buyers Club est de ne pas être un conte, mais un biopic, ce qui rend encore plus fascinant le portrait de cet homme atypique. Car Ron Woodroof a bel est bien existé, et son action, jusqu'à sa disparition en 1992, sept ans après le dépistage de son sida, a été déterminante dans la prise de conscience collective de la lutte contre la maladie. Silhouette hiératique après avoir perdu vingt kilos pour ressembler physiquement à son modèle, Matthew McConaughey offre une composition survoltée d'un anti-héros aussi drolatique que tragique. Dynamique, offensif et servi par un montage alerte, un film pas si éloigné du récent 120 battements par minute de Robin Campillo.

Vous aimerez peut-être aussi...