à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Comme une image

2004

Comédie

France

0avis

Récompenses:

Festival de Cannes 2004 - Prix du scénario

César 2005 - Meilleur jeune espoir féminin (Marilou Berry)
 

 

Avec le rapport père-fille dans le collimateur, une comédie féroce du duo Jaoui-Bacri qui marque les débuts à l'écran de Marilou Berry.

Lolita Cassard, 20 ans, en veut à la terre entière. Complexée par ses formes généreuses, elle ne peut pas compter sur son père Etienne, égoïste écrivain à la mode. De son côté Pierre Miller, un autre écrivain, doute qu'il puisse un jour percer dans le milieu littéraire, à la différence de sa femme Sylvia, persuadé de son talent.
Sylvia croit en son mari, mais doute du sien et de celui de son élève Lolita, jusqu'au moment où elle se rend compte qu'elle est la fille d'Etienne Cassard, cet auteur qu'elle admire tant. Etienne Cassard regarde peu les autres, parce qu'il se regarde beaucoup lui-même et qu'il se sent vieillir.
C'est l'histoire d'êtres humains qui savent très bien ce qu'ils feraient s'ils étaient à la place des autres mais qui ne se débrouillent pas très bien à la leur, qui la cherchent tout simplement.

 

Pourfendre les préjugés et les images toutes faites, c'est ce qui guide Agnès Jaoui depuis ses débuts. Il faut lui reconnaître un vrai courage, le seul qui vaille, celui de se battre seule (ou avec Bacri) à l'intérieur de son propre camp, voire contre elle-même. Ce qu'elle montre, même drapé dans la comédie, est ingrat, volontiers rance ou amer. C'est une femme de gauche, mais la première à fustiger son conformisme. Elle fait du cinéma, mais un peu à l'ancienne, assujetti au scénario (d'où la réserve de certains cinéphiles). Jaoui, esprit libre, ne fait rien comme personne, et réitère en poussant d'un cran son degré d'indépendance.« On a tous un snob ou un beauf au fond de nous », c'était le miroir tendu par Le goût des autres.

Vous aimerez peut-être aussi...