à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Boyhood

2014

Contemporain

Etats-Unis

0avis

Récompenses:

Berlinale 2014 - Ours d'Argent du meilleur réalisateur (Richard Linklater)

Oscars 2015 - Meilleure actrice dans un second rôle (Patricia Arquette)

Golden Globes 2015 - Meilleur film dramatique, Meilleur réalisateur (Richard Linklater), Meilleure actrice dans un second rôle (Patricia Arquette)

BAFTA 2015 - Meilleur film (Cathleen Sutherland, Richard Linklater), Meilleur réalisateur (Richard Linklater), Meilleure actrice dans un second rôle (Patricia Arquette)

La vie d’un petit Américain ordinaire, de l’enfance à l’âge adulte. Tournée sur douze ans avec le même casting, une fascinante et mélancolique chronique familiale.

Petit garçon rêveur, Mason a 6 ans lorsque ses parents se séparent. Tandis que son père part s’installer en Alaska, Olivia, sa mère, décide de reprendre des études pour accéder à un meilleur emploi. Au fil des années, l’existence de Mason est rythmée par une succession de déménagements, au gré des histoires sentimentales maternelles, mais aussi par les visites rituelles de son père, les chamailleries avec sa grande sœur Samantha, l’école, les virées entre copains, les premiers émois amoureux…

 

Scrutateur obstiné de la fuite du temps, Richard Linklater s’est fait connaître en capturant, sur près de deux décennies et avec la complicité des fidèles Julie Delpy et Ethan Hawke, les métamorphoses d’un couple dans la remarquable trilogie des Before (Sunrise, Sunset et Midnight). Avec Boyhood, le réalisateur, justement récompensé à la Berlinale, pousse la démarche un cran au-dessus : filmée sur douze ans, à raison d’une poignée de séquences chaque été, cette plongée dans l’intimité d’une famille éclatée condense en moins de trois heures la transformation d’un enfant en jeune homme, du bac à sable à l’entrée à l’université. Cette mue en accéléré, qui voit grandir et vieillir à l’écran l’éblouissant Ellar Coltrane et ses parents de fiction, Ethan Hawke et Patricia Arquette, offre une vertigineuse expérience de cinéma. Mais au-delà de son dispositif atypique, ce film saisissant, scandé par les refrains pop et l’histoire esquissée de l’Amérique des années 2000, touche au plus profond parce qu’il saisit, dans un même mouvement d’une infinie délicatesse, des tiraillements existentiels et les petits riens du quotidien.

Galerie photos

Vous aimerez peut-être aussi...