à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Boudu sauvé des eaux

1932

Grands auteurs

France

0avis

L'un des grands classiques de Jean Renoir : un hymne poétique et rigolard à Michel Simon, aux plaisirs de la chair et aux splendeurs de la nature.

Par une radieuse journée de printemps, Édouard Lestingois, libraire épicurien qui coule des jours heureux entre ses livres et sa petite bonne enamourée, sauve de la noyade un clochard qui, désespéré par la perte de son chien, s’est jeté du pont des Arts. Faisant fi des grimaces dégoûtées de Mme Lestingois, il installe chez lui le rescapé, Boudu. Lequel, nullement reconnaissant, se met à torpiller méthodiquement les conforts bourgeois de son bienfaiteur, saccageant son intérieur, courtisant la bonne, séduisant Madame et crachant dans une édition rare de La physiologie du mariage.

Sa Majesté Michel Simon
Le ton est donné dès le générique, où le priapique interprète principal, demi-nu et tout enrubanné de lierre, sautille maladroitement dans le sillage d’une nymphe rieuse – Anne-Marie, la jolie bonne – au son d’une flûte éthérée, avant de se jeter sur elle. Boudu est une farce débridée célébrant les plaisirs de la liberté, de la chair et du printemps, mais aussi sa majesté Michel Simon. Coproducteur du film et déjà vieux complice de Renoir, l'acteur cabotine avec son génie coutumier dans ce rôle taillé sur mesure, qu’il se débarrasse d’une aumône dans la main d’un dandy en balbutiant un sardonique “Pour vous acheter du pain !” ou qu’il essaie d’envoûter les dames à coups d’œillades strabiques.

Vous aimerez peut-être aussi...