à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Trepalium

Série

171avis

Dans un monde ravagé par la crise, les gens ayant un emploi vivent séparés de ceux qui n'en ont pas. Une ambitieuse série d'anticipation.

Dans un futur proche, une société en déclin vit une situation cauchemardesque : il ne reste que 20% d'actifs pour 80% de chômeurs. Le travail est si rare que les actifs sont prêts à lui sacrifier leur humanité. Ils vivent reclus dans la Ville. Les sans-emploi survivent tout autour, dans la « Zone ». Entre les deux, un Mur immense.

Mais une brèche va s'ouvrir...

Cédant à la menace d’une rébellion, le gouvernement impose à certains salariés de recruter un « emploi solidaire » trié sur le volet. La famille de Ruben Garcia, un ingénieur en pleine ascension, doit embaucher la Zonarde Izia qui rêve d’offrir un nouveau destin à son jeune fils Noah…

«Trepalium» nous plonge dans une société ultralibérale où le mot «social» n'a plus de sens. Mais peu à peu, dans cet univers glaçant, renaît l’espoir d’une nouvelle société plus humaine.

Travail, famille, survie
À travers un voyage dans un futur que l'on devine proche, Trepalium donne une réponse radicale. D'un côté, une "Zone" miteuse et anarchique où la population est privée de tout, et surtout d'eau potable. De l'autre, la Ville, monde d'abondance où chaque salarié est pressurisé à l'extrême, devant tout faire pour garder son travail, quitte à offrir son corps à des cadres salaces et mégalomanes (mention spéciale à l'excellent Charles Berling). Les créateurs de Trepalium ont eu la brillante idée de tourner certaines scènes au saisissant siège du Parti communiste français. Cela donne une atmosphère rétro-futuriste à cette série portée par le couple Léonie Simaga/Pierre Deladonchamps, dont les destins romanesques constituent le fil rouge de l'intrigue.

En savoir plus...

Vous aimerez peut-être aussi...