à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Sweet sixteen

2002

Grands auteurs

6avis

L’itinéraire d’un jeune garçon livré à lui-même et lancé dans une quête du bonheur à l’issue tragique. Un drame bouleversant signé Ken Loach.

Greenock, petite ville portuaire d’Écosse sinistrée par les années Thatcher. Flanqué de son meilleur ami Pinball, Liam avance dans l’existence en dissimulant sous une éternelle casquette deux yeux brillants d’espièglerie et de rage. Car entre un beau-père violent et une mère droguée qui soigne sa dépendance en prison, Liam n’en finit plus d’encaisser des bleus à l’âme et au corps. Mais envers et contre tout, il caresse l’espoir de lendemains meilleurs. Il s’est mis en tête d’offrir à sa mère, qui doit sortir de prison pour fêter ses 16 ans, une caravane au bord de l’eau.

The kid, années 2000
Ce qui frappe d’abord dans Sweet sixteen, c’est sa force vitale. Ici, tout est cassures, violences, élans d’espoir et déferlantes d’émotion. Les personnages tirent leur force dramatique de leur authenticité. S’ils possèdent le goût salé de la réalité, c’est peut-être que Ken Loach a choisi pour les incarner des interprètes pour la plupart non professionnels, issus de la région sinistrée qu’il décrit. Avec ses postures et sa verve, le jeune Martin Compston incarne un Liam criant de vérité. Autour de la figure centrale de son héros, un ange promis à la déchéance, Ken Loach signe une dénonciation féroce du système libéral à l’anglaise, dont les exclus se réfugient dans la délinquance et la drogue. Liam est ainsi le symptôme d’un monde déserté par les adultes, dans lequel la désespérance se refile comme une maladie contagieuse. Tout en faisant ce constat amer, Ken Loach s’offre des échappées du côté du burlesque : à la dureté du monde des adultes, Liam oppose ses facéties et ses provocations toutes juvéniles, avant de basculer dans la tragédie. Ce Kid version écossaise des années 2000 a tout pour émouvoir.

Vous aimerez peut-être aussi...