à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Play

2011

Drame

Suède

0avis

Signée Ruben Östlund, une étonnante étude sociale sur la manipulation psychologique, inspirée d’événements réels, qui fit débat en Suède.

Dans un centre commercial de Göteborg, une bande d’enfants d’origine somalienne interpelle trois jeunes garçons suédois, prétextant reconnaître dans la main de l’un d’eux le portable de leur frère. Sans menace ni violence, mais par une habile rhétorique, ils parviennent à les convaincre de les suivre dans un long périple à travers la ville, pour finir par les dévaliser. Alors qu’ils voient le piège de ce jeu de rôle se refermer lentement sur eux, les trois garçons semblent presque consentir à leur propre manipulation…


Déjà remarqué en 2008 avec le très ironique Happy Sweden, Ruben Östlund excelle dans l’observation frontale des rapports sociaux, des pressions et des malaises qui en surgissent. Il s’inspire ici d’un fait divers réel : le procès d’enfants qui avaient usé de ce stratagème à plus de soixante-dix reprises pour racketter des jeunes de Göteborg. Le réalisateur propose une étude quasi sociologique filmée de manière brute, au travers de longs plans-séquences évoquant l’œil de caméras de surveillance. Du jeu juste et naturel des jeunes interprètes se dégage une violence larvée, même si celle-ci est absente à l’écran. Se défendant de toute prise de position politique, le film a pourtant suscité le débat en Suède à sa sortie : le choix de mettre en scène ces faits de délinquance confronte-t-il les spectateurs à leurs préjugés sur l’immigration ou contribue-t-il au contraire à les renforcer ?

Galerie photos

Vous aimerez peut-être aussi...