à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

PACK Berlin 56+Berlin59 - 4 DVD

Série

Allemagne

0avis

Exclusivité ARTE BOUTIQUE - PACK 4 DVD (35€ au lieu de 50€) Incluant Berlin 56 + Berlin 59

Berlin 56 - Miroir

Dans un Berlin-Ouest d'après-guerre, électrisé par les premiers tubes rock, le portrait saisissant d'une époque à travers la rébellion d'une jeune fille.

Sur fond de décors stylisés, qui évoquent à la fois l’élégante mélancolie des tableaux d'Edward Hopper et les chromos pastel d’une comédie musicale, la touchante héroïne de Berlin 56 conquiert pas à pas sa liberté, défiant par sa sincérité et sa fougue l’impitoyable carcan qui l'étouffe. Le rock et ses acrobaties constituent pour Monika, comme pour Freddy et même Joachim, l'indigne fils à papa, l'expression d'une révolte indicible. Romanesque, mais documentée, excellemment réalisée et interprétée, Berlin 56 dépeint une bonne société reposant sur le mensonge, l'obsession de la réussite et l'oppression des femmes, qui pour fuir sa responsabilité dans les crimes du nazisme, préfère en ostraciser les victimes. Entre âpreté et glamour, le portrait d'une génération, sans concessions ni nostalgie, mais teinté d'optimisme, dans lequel une bonne part de l'Allemagne s'est reconnue.

 

Berlin 59 - Ruptures

Au travers d’une flamboyante saga familiale qui met en scène trois sœurs à Berlin-Ouest, une subtile chronique de l’après-guerre dans l’Allemagne divisée, entre fantômes du nazisme, émancipation féminine et émergence du rock'n'roll.

Pour cette deuxième saison, Berlin 59 retrouve tous les ingrédients qui ont fait le charme de la première : décors et costumes délicieusement fifties, rocks enfiévrés, narration héritée des mélos américains flamboyants et saga familiale traversée par les mutations sociétales et culturelles en cours. Alors qu’à la veille de la construction du Mur, l’Allemagne divisée connaît un miracle économique, à Berlin-Ouest, les émancipations couvent, celle des femmes d’abord, dont la série suit l’âpre conquête d’indépendance, entre résistance au patriarcat et prémices des luttes féministes à venir, mais aussi celle des enfants de la guerre, pressés de fuir les fantômes du passé et de rompre avec les valeurs corsetées de la génération coupable de leurs parents. Au travers des portraits d’une mère, tout à la fois impérieuse et dépassée, et de trois sœurs, dont l’arty Monika (l’excellente Sonja Gerhardt) compose encore la très attachante figure centrale, la chronique acidulée d’une époque lointaine et proche.