à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

La ferme des animaux

1954

Cinéma

Royaume-Uni

0avis

Un cochon tyrannique détruit la société utopiste à laquelle œuvrent les animaux d’une ferme. D’après Orwell, un petit bijou de l’animation britannique.

Porté sur la boisson, Jones est un fermier brutal. N'ayant que faire du bien-être de ses bêtes, il les exploite sans vergogne. Révolté par les injustices et les mauvais traitements dont ils sont victimes, le plus vieux cochon de la ferme, sentant sa fin proche, les exhorte à chasser leur maître afin d’organiser une nouvelle société où l'égalité régnera. Après un temps heureux où, des poules aux moutons, tous donnent le meilleur d'eux-mêmes au bénéfice de la communauté, un cochon tyrannique leur impose sa loi…

Iniquités

Publiée en 1945, la fable animalière de George Orwell transpose dans l’univers clos d’une ferme la confiscation d’une utopie par un despote, mais laisse entrouverte la porte de l’espérance. Satire à peine voilée du stalinisme, l’adaptation animée de Joy Batchelor et John Halas n’est pas destinée à un public enfantin. Certaines séquences, comme la mort du fier cheval, ont d’ailleurs valu à leur film d’être interdit en salles aux moins de 18 ans jusqu’au début des années 1960. Des recherches récentes ont en outre mis en lumière la contribution apportée à son financement par la CIA afin de servir, après-guerre, l’agenda anticommuniste des États-Unis. Le film n’en reste pas moins un petit bijou à (re)découvrir pour la fluidité de son récit, son dessin aux traits simples et aux couleurs impeccables, sa ribambelle d’animaux aux prises avec une histoire plus grande qu’eux, et surtout, sa réflexion profonde sur l’iniquité humaine.

Vous aimerez peut-être aussi...