à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

L'Homme sans passé

2002

Classique

Finlande

12avis

Récompenses:

Festival de Cannes 2002 - Grand Prix, Prix d'interprétation féminine

Un homme est agressé par des voleurs, qui le rouent de coups avec une rare violence. A l'hôpital, on le déclare mort, mais il se réveille néanmoins et, capable de marcher, décide de sortir.

Il n'a plus aucun souvenir de sa vie passée et ne sait plus ni qui il est, ni où il habite. Comme il ne peut trouver ni emploi, ni logement, il erre dans les quartiers déshérités de la ville d'Helsinki et fait la connaissance des sans-abri qui y vivent. Ceux-ci l'aident à retrouver des bribes de son passé. Bientôt, il se rend compte qu'il a des aptitudes pour la soudure. Une découverte parmi d'autres, qui s'enchaînent peu à peu et lui permettent de reconstruire le puzzle de sa vie...
 

AKI
Kaurismäki impose son style unique sans avoir l'air d'y toucher, sans la ramener. Et parvient ainsi à donner corps à son utopie populaire. Mais sa suprême élégance consiste à faire oublier qu'il ne traite que de choses terribles et que sa petite musique légère n'est jamais très éloignée du plus noir désespoir. Car si leur traitement incite à planer sur fond de blues, les sujets abordés sont aussi volatils que l'instinct de survie, la liberté impossible, le fichage de l'individu ou la nécessité du pardon. On le voit, c'est à se tordre...

Mais s'il arrive que la tristesse s'insinue entre les silences, et si tout ça pourrait sans cesse très mal tourner et fournir une bonne trame de mélodrame, le film tient bon le cap de la fable sociale et se contente d'indiquer qu'un rien pourrait l'assombrir. Fragilité et délicatesse d'un prince de la rêverie.

Vous aimerez peut-être aussi...