à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Entre les murs

Contemporain

2avis

Récompenses : Festival de Cannes 2008 - Palme d'OrCésar 2009 - César de la meilleure adaptation

Un an de français, de vannes, de frictions et de tensions dans un collège de ZEP parisien. Une tragicomédie emplie de vitalité, qui toucha au cœur le jury de Cannes en 2008.

Paris, XXe arrondissement. C'est la rentrée au collège Françoise Dolto. Dans cet établissement classé en ZEP, François enseigne le français en 4e. Soucieux de tirer ses élèves vers le haut, il ne lâche rien, quitte à se montrer parfois cassant ou ironique. Face à lui, les élèves chahutent, s'insultent et cherchent la faille dans son cours. Ils ont 14 ans, mille autres préoccupations que l'école en tête, de l'énergie désordonnée et de grosses lacunes…EXPLOSIF
Cinq ans après le triomphe du film à Cannes, Entre les murs garde la même âpreté. Filmé comme une formidable caisse de résonnance, le collège bruisse de cris, d'éclats de rires, de joutes verbales, de tensions et de frustrations et paraît sur le point d'imploser. Deux infernales mécaniques donnent corps au film : l'enchaînement des frictions et des sanctions inopérantes qui aboutissent à l'exclusion d'un élève, et l'impuissance de l'école à corriger les inégalités, face à des adolescents méfiants et en pleine rébellion. Gouailleur, hilarant et tragique à la fois, le film s'appuie sur un formidable matériau documentaire nourri des souvenirs de François Bégaudeau, qui enseigna le français au collège Mozart, à Paris, dans le XIXe, d'ateliers réalisés avec des collégiens, et d'un casting faisant jouer aux parents, élèves et professeurs, tous impressionnants, leur propre rôle. Cinq années plus tard, les jeunes héros du film ont grandi et fait leur bout de chemin. Quant au collège Mozart, il s'est mis en grève en mars dernier, pour protester contre le non remplacement de nombreux professeurs, une situation explosive pour les jeunes et les enseignants…

Vous aimerez peut-être aussi...