à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater
à ne pas rater

Carlos - Troisième partie

Fiction

2avis

Récompenses : Meilleure minisérie, Golden Globes 2011 César 2011 du meilleur espoir masculin pour Edgar Ramírez Sélection hors compétition, Cannes 2010 Meilleure série française, Prix de la presse, Festival du film TV de Monte-Carlo

De l'Europe au Soudan, du mercenariat à la chute, suite et fin du captivant biopic d'Olivier Assayas.

A la fin des années 1970, Carlos abandonne de fait ses idéaux révolutionnaires pour se mettre au service du plus offrant. À la tête d'un réseau évalué à quarante membres en Europe et quelque deux cents auxiliaires dans le monde arabe, il se livre à une intense activité de déstabilisation géopolitique. Trafic d'armes, attentats sur commande, l'époque est favorable à ce juteux mercenariat terroriste, et le groupe de Carlos prospère. Mais la chute du mur de Berlin réduit considérablement sa marge de manœuvre. Indésirable en Europe, Carlos se réfugie au Soudan. Devenu alcoolique, coupé des enjeux de la politique internationale, trahi par son homme de confiance et abandonné par sa femme et sa fille, le terroriste à la retraite n'est plus que la caricature de lui-même. Avec l'aide des autorités soudanaises, il est capturé et ramené à Paris en 1994, où il sera jugé quelques années plus tard et condamné à la perpétuité pour le meurtre des deux policiers.
Depuis la centrale de Poissy, le véritable Carlos, soucieux de son image, a tenté en vain d’exercer un droit de regard sur ce portrait brillamment mis en scène. Avec raison : passionnant de bout en bout, le film démythifie sans concession cette icône trouble des années de plomb.

Vous aimerez peut-être aussi...