One + one - sympathie for the devil +

Réalisateur : Jean-Luc Godard
avec Keith Richard, Anne Wiazemsky, Mike Jagger

En 1968, Godard filme les Stones composant "Sympathy for the devil" et médite sur la contestation politique. Culte !

Godard veut réaliser un film expérimental sur le lien entre la création, incarnée par les Stones en studio, composant le génial "Sympathy for the devil", et la destruction, à travers la mise en scène de la contestation politique et de la violence. Ce qui l'intéresse, c'est l'acte de création lui-même. Aussi prendra-t-il très mal le remontage final du film qui, entre autres changements, remplace la musique enregistrée en répétition par le titre de l'album. L'affaire se finira par une droite du cinéaste dans la figure du producteur et par la scission du film en Sympathy for the devil (version tripatouillée) et en One + one (version godardienne).

Puzzle et agit-prop'
"Au final, un film puzzle et agit-prop à l'écriture cinématographique radicale (…). Une sorte de songe politico-psychédélique où l'on croise, outre les
Rolling Stones et Marianne Faithfull, des militants noirs membres des Black Panthers, un libraire fasciste pornographe lisant Mein Kampf ou encore
l'égérie Anne Wiazemsky…" (
Henri Jimenez, La république des lettres)