À qui profite le crime ? +

Réalisateur : Ana Kwak
Auteurs : Sophie Jeanneau, Ana Kwak
Producteurs : ARTE France, DOC EN STOCK

À qui profite le crime ? Aux trafiquants, aux entreprises, à nous-mêmes ? Une enquête fouillée dans plusieurs pays de l’Union européenne.

Tous les ans, 10 milliards de dollars tomberaient dans l’escarcelle des passeurs qui organisent le franchissement illégal des frontières. De même, chaque année, le profit engendré par la vente des êtres humains s’élèverait à 12 milliards de dollars, et l’exploitation des victimes à 42 milliards de dollars. Ainsi, en 2008, la traite humaine aurait constitué l’activité criminelle la plus lucrative, derrière les armes et la drogue. Et les pays où ce trafic génère le plus d’argent ne sont pas des États de non-droit : il s’agit des pays industrialisés, notamment des membres de l’Union européenne comme le Royaume-Uni, la Belgique, l’Espagne, la France ou l’Allemagne... En effet, chaque année, 400 000 personnes entreraient illégalement dans l’espace de Schengen, souvent grâce à des organisations criminelles. Et 120 000 personnes, en majorité des femmes, y seraient exploitées par des réseaux criminels. Les associations s’alarment du nombre croissant de cas d’exploitation sur les chantiers de construction, dans les ateliers de confection ou les arrière-cuisines de restaurants. Assisterait-on au retour de l’esclavage dans les frontières de Schengen ? Comment s’organise le passage illégal des frontières ? Que risquent les migrants, qui sont les trafiquants ? Patronsvoyous, organisations criminelles, États membres de l’Union, à qui profite le crime ? Ce film lève le voile sur les réseaux, les routes et l’organisation d’un trafic qui prospère sous nos yeux.

VOD VOD 48h Moins de détails Plus de détails

Informations techniques
  • Durée : 41 min
  • Poids du fichier : 0 Mo
  • Couleurs : Couleur
  • Format vidéo : 16/9
  • Format audio : N/A
  • Territoires disponibles : Europe Francophone et Germanophone
  • Langue :
    • Français
dvd
INDISPONIBLE

La galerie photos
À qui profite le crime ?